">

Buhez vicherel

Brezhoneg er micherioù    

du breton dans les métiers


Ar brezhoneg a c’haller komz en holl vicherioù…

Gallout a reer pleustriñ war an holl vicherioù ha komz brezhoneg, pe peogwir ez eo ul lodenn eus al labour, evel evit ar gelennerien/kelennerezed, pe peogwir e tegas un dra ouzhpenn d’ar vicher. Ar pezh a gont, a-raok pep tra, eo ar varregezh vicherel, al lusked hag an interest evit ar vicher dibabet. Ar perzhioù rekis eo re ar vicher emeur e sell da bleustriñ warni. Ar brezhoneg, da c’houde, a c’hall degas un « taol-sikour » evit kaout ar post labour.

... Met en deskadurezh ez eus ar muiañ a fred.

Ar darn vrasañ eus ar postoù-labour a gaver eo ar re ma vez graet war-dro ar vugale : en deskadurezh, dreist-holl evit an dud zo war ar micherioù a gelennerien/kelennerezed pe a implijidi ar c’hempenn hag ar servijoù, hag e bed an  dudi. Ar c’hevredigezhioù eo, da c’houde, a implij ar muiañ a vrezhonegerien/brezhonegerezed, evit ar renerezh, ar sekretouriezh, ar gontouriezh, ar c’hehentiñ, ha kement zo. E bed ar sevenadur e c’haller ivez kaout labour evel troer/troerez, levraoueger/levraouegerez, dastumer/dastumerez kontadennoù pe kanaouennoù, ha kement zo. Da c’houde e teu bed ar c’hazetennerezh, ar c’hleweled hag an embann. Ar brezhoneg a sell ivez ouzh ar micherioù ma vez labouret e-touez ar re gozh hag ouzh micherioù ar c’henwerzh. Embregerezhioù zo a zo tomm ouzh ar c’hehentiñ e brezhoneg rak un dra vat eo evit o skeudenn. 

Evit gouzout hiroc’h...

Pennad


Mireille Beauverger, karantez ouzh ar c’helenn

Mireille Beauverger


« Kelenn evel-just, met e brezhoneg eo gwelloc’h c’hoazh ! » Setu amañ sell Mireille Beauverger,  kuzulierez pedagogel, war he micher. Kelenn eo he galvedigezh. Labourat evit ar skolioù divyezhek a ro un tamm mat a blijadur ouzhpenn.



Pa oa er skol kentañ derez he doa c’hoant Mireille Beauverger, kuzulierez pedagogel en deiz a hiziv, da vezañ « mestrez-skol » dija. Ar pezh a oa deuet da wir e 1988, met e klasoù divyezhek. « C’hoant am boa da labourat gant bugale ha da zeskiñ ur bern traoù dezho ». E 1986 he doa kroget da heuliañ ur stummadur evit dont da vezañ skolaerez. Dre ma oa dedennet gant ar brezhoneg ha sevenadur Breizh e heulias un nebeud kentelioù e-keit-se, diwar kinnig ur c’huzulier pedagogel.

Da vezañ kendalc’het...

Enseignement catholique.
Un CAP petite enfance en langue bretonne

CAP petite enfance en langue bretonne



De gauche à droite : Yann Verney, coordinateur régional enseignement bilingue CAEC de Bretagne, Lena Louarn, vice-présidente du conseil régional de Bretagne, Soaz Maria, du centre de formation Stumdi, Stéphane Gouraud, directeur diocésain du Morbihan et Visant Roué, directeur du Pôle étude et développement de l’Office public de la langue bretonne.

L’enseignement catholique scolarise en Bretagne 5.000 élèves dans sa filière bilingue. Ces effectifs continuent de progresser, avec une croissance de 3 à 4 % par an. Dans la plupart des établissements, l’enseignant bilingue est assisté, en maternelle, d’une ASEM monolingue francophone, notamment dans le Morbihan. Pourtant, lorsque l’ASEM est bretonnante, comme souvent dans le Finistère, la pratique langagière des enfants est meilleure et le projet bilingue s’en trouve renforcé. Par conséquent, afin d’améliorer le niveau de langue des enfants, l’enseignement catholique met en place, dès la rentrée, en partenariat avec l’AREP Bretagne, le centre de formation Stumdi et l’association Mervent, un parcours complet de développement des compétences assuré sur trois sites : Vannes, Douarnenez (29) et Morlaix (29). Cette formation spécifique et qualifiante est à destination de toute personne souhaitant se tourner vers les métiers de la petite enfance en breton : des ASEM ou encore des assistantes maternelles, des éducatrices de jeunes enfants, voire des agents territoriaux. Un CAP petite enfance en classe bilingue présenté hier, dans les bureaux de la DDEC (Direction diocésaine de l’enseignement catholique) par Lena Louarn, vice-présidente du conseil régional de Bretagne, qui s’occupe de la politique linguistique, et par Stéphane Gouraud, directeur diocésain du Morbihan, président de la commission de pilotage des langues régionales du CAEC de Bretagne.

source : http://www.letelegramme.fr/bretagne/enseignement-catholique-un-cap-petite-enfance-en-langue-bretonne-02-07-2014-10239037.php

Edito...

Ar brezhoneg, ur chañs evidout 

Lena Louarn

Lena Louarn

Vice-présidente de la région Bretagne, chargée des langues de Bretagne


Ar chañs da gomz brezhoneg zo gant muioc’h-mui a re yaouank rak pep hini a c’hell kavout e blas evit deskiñ ar yezh hag ober ganti goude. Gant e vignoned e c’heller brezhonegañ met er vuhez vicherel ivez... 
De plus en plus de jeunes ont la chance de parler breton car il y a mille façons de l’apprendre et de le parler tous les jours : avec ses amis mais aussi dans la vie professionnelle...

Suite ...

Pourquoi apprendre le breton aujourd’hui ?

Rémy Guillou
Rémy Guillou
Inspecteur d'académie Inspecteur pédagogique régional de l'académie de Rennes (Langues et Cultures Régionales)

Pour préparer un métier intéressant en apprenant une langue d’avenir : voilà ce que présente le numéro spécial que l’Onisep consacre aux métiers du breton. Dans les métiers de l’enseignement, de la culture, du journalisme, de l’édition, de la petite enfance… nous manquons de professionnels qui maîtrisent le breton

Suite ...